Golden Globes - Le sacre de Marion Cotillard

Publié le 14 Janvier 2008

Marion-Cotillard-Golden-Globes.jpgLe climat était morose hier soir à Berverly Hills.

Aucune star n’était présente pour assister à la cérémonie de remise des Golden Globes. Les scénaristes d’Hollywood, en grève depuis le 5 novembre, avaient menacé de paralyser l’événement. Ce sont des journalistes de la télévision qui ont annoncé le palmarès lors d’une conférence de presse expédiée en 30 minutes dans un hôtel.

Déception, pour les «aficionados» du glamour et des paillettes, mais satisfaction profonde pour les amoureux du cinéma français. En effet, avec deux récompenses, le 7e art hexagonal a su convaincre l’Association de la presse étrangère à Hollywood (HFPA) qui décerne les trophées.

Marion Cotillard, nouvelle coqueluche française du public américain, a confirmé sa réputation. Titulaire du Golden Globe de la meilleure actrice dans un film comique ou musical pour son interprétation d’Edith Piaf dans La vie en rose (titre américain de La môme, du réalisateur
Olivier Dahan), elle succède à Audrey Tautou qui avait déjà fait la conquête des Américains avec son interprétation d’Amélie Poulain.
Deux engouements successifs qui confirment que la «French touch» – le Montmartre d’Amélie Poulain, ou l’accordéon d’Edith Piaf – est capable de s’imposer dans les salles obscures outre-Atlantique.

Deuxième valeur française à la hausse sur le marché hollywoodien : Le scaphandre et le papillon, de l’Américain Julian Schnabel, inspiré de l’autobiographie du journaliste Jean-Dominique Bauby –aujourd’hui décédé– atteint du «locked-in syndrome», et qui ne communiquait avec ses proches que par des clignements de paupière. Si le réalisateur de ce très beau film est américain, il est interprété par de grands talents français :
Mathieu Amalric et Emmanuelle Seigner. Ce long-métrage francoaméricain a remporté deux trophées: celui du meilleur réalisateur, et celui du meilleur film en langue étrangère. Autant de présages favorables pour ces deux oeuvres, puisque le palmarès des Golden Globes préfigure souvent celui des oscars.
C’est Reviens moi de Joey Wright, actuellement projeté dans les salles françaises, qui a remporté la récompense la plus prestigieuse : le Golden Globe du meilleur film dramatique. Autres films qui tirent leur épingle du jeu : Sweeney Todd, le diabolique barbier de Fleet Street de Tim Burton avec Johnny Depp (deux Golden Globes) ;
et Non, ce pays n’est pas pour le vieil homme, des frères Joel et Ethan Coen.
Daniel Day-Lewis a reçu le Golden Globe du meilleur acteur dans un film dramatique pour son interprétation dans There Will Be Blood, de Paul-Thomas Handerson.
On attend désormais les oscars,en espérant qu’ils seront attribués cette année, en dépit de la menace que fait peser la grève des scénaristes.

Rédigé par Caro

Publié dans #Cinéma

Commenter cet article

Thib 15/01/2008 14:13

Belle récompense pour Marion Cotillard qui le mérite amplement tellement son interprètation de Piaf était sidérante. Daniel Day Lewis a eu droit a une droit à un Golden Globe, c'est vraiment top pour cet acteur qui sait se faire rare mais dont le talent est immense. Thib.