Les Rollings Stones changent de maison de disques

Publié le 27 Juillet 2008

Les Rolling Stones ont signé un contrat exclusif à long terme avec la maison de disques américaine Universal Music, quittant ainsi le label britannique EMI, a annoncé vendredi le groupe.Cet accord concerne tout le catalogue du groupe britannique, avec des albums somme "Sticky Fingers", "Exile On Main St." et "And Black And Blue", ou des titres comme "Brown Sugar", "Angie", "It's Only Rock N Roll" et "Start Me Up", mais également tous leurs futurs albums.
"Les gens d'Universal sont très impliqués dans la musique, innovateurs et créatifs. Nous sommes impatients de travailler avec eux", a déclaré le groupe dans un communiqué.
"Il n'y a aucun doute que les Rolling Stones sont l'un des groupes les plus importants de l'histoire de la musique", a réagi Doug Morris, le patron d'Universal Music.
"Leur style musical et leur attitude en dehors de la scène ont été imités par nombres d'autres" musiciens, a-t-il ajouté.
"Je suis excité à l'idée d'être réuni avec ces musiciens hors normes qui ont servi d'exemple à tous les groupes rock qui ont suivi", a-t-il repris.
Les Stones s'étaient déjà détournés d'EMI en mars, en faisant produire par Universal leur dernier album, qui servait de bande-son au documentaire musical de Martin Scorsese "Shine A Light", dans lequel figuraient notamment deux concerts du groupe britannique tournés en 2006.
Mais cette collaboration était alors censée ne concerner que ce seul album.
Troisième maison de disques au monde derrière Universal et Sony BMG, EMI avait déjà dû faire face à la fronde de plusieurs de ses artistes, en désaccord avec la politique du fonds d'investissement Terra Firma, qui l'a racheté en mai 2007.
Radiohead avait décidé en octobre de ne pas renouveler son contrat avec EMI et de se passer de maison de disque. Cela faisait suite à la décision quelques mois plus tôt de Paul McCartney de délaisser EMI pour son album "Memory almost full" au profit de Hear Music, le label créé par la chaîne américaine de cafés Starbucks.
En janvier, EMI a annoncé un plan de restructuration, passant par la suppression de 1.500 à 2.000 postes, soit un tiers ou plus des 5.500 emplois d'EMI dans le monde, pour dégager des économies et "repositionner" EMI sur le marché de la musique.

Rédigé par Cinéstarsnews

Publié dans #News- Actu

Commenter cet article