Cinéma - Les 15 personnalités qui ont marqué l'année

Publié le 27 Décembre 2007

 

2007 s'est révélée amère dans les salles françaises. La fréquentation annuelle devrait s'approcher des 178 millions d'entrées et accuser un repli de 5,3% par rapport à 2006.
Cela n'a pas empêché acteurs et réalisateurs de briller. De Marion Cotillard à Matt Damon, beaucoup ont confirmé leur talent. D'autres se sont en revanche fait connaître comme Shia LaBeouf ou Hafsia Herzi. Mais celui qui a dominé 2007 est un rat numérique prénommé Rémy, héros de Ratatouille des studios Pixar.

Marion-Cotillard.jpgMarion Cotillard
La Môme, biopic d'Edith Piaf par Olivier Dahan, est le seul film français à figurer dans le top 10 de la fréquentation de l'année. Il atteint la sixième position avec 5,22 millions de spectateurs. Une place qui doit beaucoup à la performance de Marion Cotillard, unanimement saluée par la critique. L'actrice de 32 ans a fait du chemin depuis Taxi de Gérard Pirès en 1998. Les experts s'accordent pour en faire une candidate sérieuse pour l'Oscar 2008 de la meilleure actrice.

Mathieu-Amalric.jpgMathieu Amalric
2007 a été une année productive pour Mathieu Amalric. A l'affiche de sept longs métrages, le comédien de 42 ans a particulièrement crevé l'écran dans Le Scaphandre et le Papillon de Julian Schnabel. Son interprétation de Jean-Dominique Bauby, emprisonné dans son corps à cause du Locked-in Syndrom, le destine maintenant à une carrière internationale. En 2008, il sera ainsi un des principaux méchant de James Bond dans le 22e film de la saga d'espionnage.
Remy-Ratatouille.jpgRémy le rat
Un rat trône au sommet du box-office de l'année. Rémy, rongeur parisien aspirant cuisinier, a fait saliver 7,7 millions de spectateurs français dans Ratatouille de Brad Bird. Ode à la gastronomie française, le film d'animation des studios Pixar a également séduit outre-Atlantique où il a rapporté 206,5 millions de dollars.
Ulrich-Muhe.jpg
Ulrich Mühe
Décédé d'un cancer à l'âge de 54 ans en juillet dernier, l'acteur allemand Ulrich Mühe s'est fait connaître du monde entier par sa composition d'un agent de la Stasi dans le drame La Vie des autres de Florian Henckel von Donnersmarck. Presqu'un film-testament pour un comédien qui se savait condamné. La Vie des autres a reçu l'Oscar du meilleur film en langue étrangère en février dernier et attiré près d'1,5 million de spectateurs dans l'Hexagone.
Marjane-Satrapi-Persepolis.jpgMarjane Satrapi
Le passage de la bande dessinée au cinéma a été une formalité pour Marjane Satrapi. Après son succès en librairie, Persepolis a conquis 1,2 million de Français. L'évocation en noir et blanc de sa jeunesse lors de la Révolution islamique et sa difficile intégration occidentale s'est vue remettre le Prix du jury à Cannes. Le long métrage a été sélectionné pour représenter la France dans la course à l'Oscar du meilleur film en langue étrangère.

Thierry Frémaux
Une page s'est tournée après la 60e édition du Festival de Cannes. Gilles Jacob a laissé son fauteuil historique de délégué général à Thierry Frémaux. A 47 ans, le directeur de l'Institut Lumière de Lyon (Rhône) fait désormais autorité en matière de programmation dans les sélections du festival mais aussi dans les sections parallèles. Thierry Frémaux était à la tête de la direction artistique du Festival de Cannes depuis sept ans.

Shia LaBeouf
Shia LaBeouf, 20 ans, est déjà considéré comme le nouveau Tom Hanks. Fils unique d'un mime et d'une danseuse, le jeune comédien a fait ses armes dans la sitcom familiale La Guerre des Stevens avant d'enchaîner les blockbusters. En 2007, il a tenu le haut de l'affiche dans Bobby, Paranoïak et Transformers. 2008 s'annonce sous les meilleurs auspices pour lui. Il a ainsi eu l'honneur d'incarner le fils d'Indiana Jones sur le plateau de tournage du quatrième volet de la saga dont la sortie est prévue en mai prochain.

Pascale Ferran
Pascale Ferran restera dans les mémoires avec son appel du 24 février dernier. En pleine cérémonie des César, la réalisatrice française a demandé la parole à Valérie Lemercier pour prononcer un discours chargé d'émotion sur ses difficultés à monter son film Lady Chatterley. Elle en a aussi profité pour sommer ses pairs "à se réveiller, et à se battre très méthodiquement" contre le nivellement de la culture vers le bas. Son adaptation du roman de D.H Lawrence a été plus tard récompensée de cinq César dont meilleure actrice pour Marina Hands et meilleur film. En mai dernier, elle a présidé la section Un certain regard du Festival de Cannes. Le jury a sacré California Dreamin' du Roumain Cristian Nemescu.

Matt Damon
Sans James Bond dans les parages, Matt Damon a eu la voie libre pour incarner la figure d'action de 2007. La Vengeance dans la peau, troisième épisode de la saga Jason Bourne, a mis critique et public dans sa poche grâce à ses scènes d'action survitaminées mais aussi par l'interprétation de l'acteur, apportant nuances et profondeur dans l'héroïsme. Adepte du grand écart, Matt Damon a aussi fait parler son talent dans le premier rôle de Raison d'Etat de Robert De Niro. Star incontestée, il s'est payé le luxe de ravir la place d'homme le plus sexy du monde à George Clooney, selon le classement annuel du magazine People.

Julie Delpy
Cinq ans après sa première expérience derrière la caméra, Julie Delpy a livré au public une comédie romantique enlevée intitulée 2 Days in Paris. Cette histoire cocasse d'un couple franco-américain en crise a enthousiasmé la critique dès sa sortie en juillet dernier. Le public a suivi et en a fait un succès indépendant avec plus de 230.000 entrées françaises.

Sam Riley
Acteur dilettante, Sam Riley a fait revivre l'espace d'un film la légende Joy Division dans Control. Son interprétation de Ian Curtis, leader suicidé à 23 ans du groupe de rock britannique, lui a permis de décrocher le BIFA (British Independent Film Award) de la révélation de l'année outre-Manche. Le biopic en noir et blanc d'Anton Corbijn a également obtenu une mention spéciale lors du dernier Festival de Cannes.
Cate-Blanchett.jpg
Cate Blanchett
L'actrice internationale de l'année est australienne. Cate Blanchett a fait montre de son talent toute l'année. Elle était ainsi présente au générique de The Good German, Chronique d'un scandale, Hot Fuzz ou encore Elizabeth : l'âge d'or. Tantôt vamp, institutrice torturée ou souveraine britannique, elle a cependant attiré tous les regards dans le rôle d'un homme : Bob Dylan dans le biopic I'm Not There de Todd Haynes. Cate Blanchett poursuivra sa carrière éclectique l'an prochain dans Indiana Jones et le Royaume du crâne de cristal où elle interprète une spécialiste soviétique de la torture.
Hafsia-Herzi-La-graine-et-le-mulet.jpg
Hafsia Herzi
Hafsia Herzi succède à Mélanie Laurent au rang de nouvel espoir féminin français. Âgée de 20 ans, cette Marseillaise d'origine algéro-tunisienne a conquis les festivaliers de la Mostra de Venise en septembre dernier. Son interprétation de la jeune Rym dans La Graine et le Mulet d'Abdellatif Kechiche lui a valu le prix Marcello Mastroianni, équivalent vénitien du César du meilleur espoir.

Francis Ford Coppola
Dix ans après L'Idéaliste, Francis Ford Coppola a signé son retour à la réalisation avec L'Homme sans âge. Le metteur en scène de 68 ans est revenu plus introspectif en livrant une réflexion sur la vieillesse et la jeunesse éternelle. Il s'essaiera à l'autobiographie romancée l'année prochain avec Tetro, l'histoire d'une famille d'immigrants italiens en Argentine.

Martin Scorsese
Les fans de Martin Scorsese devaient presque avoir envie de s'écrier "enfin !". A 65 ans, le cinéaste américain s'est vu remettre l'Oscar du meilleur réalisateur après cinq tentatives infructueuses. Il doit son sacre à la fresque mafieuse Les Infiltrés, remake du premier chapitre d'une trilogie hongkongaise connue en Occident sous le titre Infernal Affairs. Le long métrage a remporté trois autres statuettes dont celle du meilleur film. source RelaxNews

 

Rédigé par Caro

Publié dans #Cinéma

Commenter cet article

Thib 28/12/2007 12:33

Article très intéressant même si selon moi, certaines personnalités ne méritent pas ton top 15 à commencer par Shia LaBeouf qui, malgré 3 films, n'a pas encore une véritable étoffe. Attendons encore. Il en va de même de P.Ferran car certes, elle est allée de son discours mais elle parlait des réalisateurs du cinéma d'auteur et pour moi, le problème du cinéma en France, c'est justement ça. Si le cinéma français doit devenir du "Lady Chatterley", cela m'atriste. Thib.