Concert privé de Pete Doherty à Ouï FM

Publié le 20 Octobre 2007



Jeudi, 15h30, passage du cheval blanc au pied de la Bastille.
Peter Doherty et ses Babyshambles sont attendus chez Ouï FM pour un showcase acoustique promotionnel. Une cinquantaine de fans attendent déjà devant la station. Le groupe est déjà dans les locaux. Cinq ados gratouillent leur guitare en chantant «Delivery», le dernier single du combo. Une demi-heure plus tard, Doherty et ses comparses effectuent les balances. L’exercice destiné à effectuer les derniers réglages son s’éternise. Le groupe passe en revue la quasi-totalité de leur répertoire devant une scène désespérément vide.

 16h45, les portes s’ouvrent enfin aux privilégiés qui ont gagné leur place à l’antenne. Doherty s’installe une fois la salle pleine, une bouteille de bière à la main. Un sourire à la fosse, un gentil «Hello, how are you doing?» et c’est parti pour cinq titres unplugged. Le chanteur a plutôt bonne mine. Son jeu de guitare est précis et sa voix puissante. Alternant les tubes du premier album et les nouveautés de «Shotter’s Nation», le rocker charme l’audience.

Après vingt minutes de showcase, Peter questionne son public: «Quelle chanson voulez-vous pour finir?» Ce sera «I Wish», son tube ska, sorti l’année dernière en face B du single «The Blinding». La fosse sautille et les filles hurlent. Fin du set, le chanteur et sa troupe filent à l’anglaise en aspergeant ses fans de bière. Ils s’engouffrent dans un mini-bus ultra luxe et démarrent en trombe.

Par chance, les Babyshambles sont bloqués dans les embouteillages au pied de la place de la Bastille. Les fans transis encerclent le véhicule. Sympa, Peter entrouvre sa vitre teintée et se plie à une séance d’autographes improvisée. Le feu passe au vert et l’idole des jeunes s’échappe vers une autre tournée promo. Bye l’artiste… 
©Cédric Couvez


Rédigé par Carospears

Publié dans #Stars-à-Paris

Commenter cet article