Polémique autour d'une photo de Nicolas Sarkozy

Publié le 28 Septembre 2007

Sarkozy.jpg

«J'ai l'impression de ne pas t'avoir vu depuis une éternité et tu me manques. Jeudi on part faire notre virée à Essaouira pour mon ... (illisible). Mais j'aimerais bien réussir à te voir la semaine ou le week-end suivant. Millions de Besitos». Cette phrase, identifiée sur une lettre portée par Nicolas Sarkozy à la sortie du Conseil des ministres, le 12 septembre, a fait jaser et est devenue objet de fantasmes et de rumeurs.
 
Morte de rire
Cette lettre apparaît sur trois clichés prises par plusieurs photographes. Deux seulement donnent à voir un texte à l’encre bleue sur la lettre. Le magazine «Choc», qui appartient à Lagardère (un proche du chef de l’Etat), s’empare du cliché, l’agrandit et l’examine. L’écriture n’est pas celle de Cécilia Sarkozy. Le scoop aux odeurs de frasques présidentielles est à portée de main. Mais faute de pouvoir identifier la signature et l’auteur de la lettre, l’hebdomadaire renonce à publier la double page qu’il avait préparée sur le sujet.
 
Le document se retrouve tout de même sur le blog Bakchich, qui y voit l’œuvre d’Arnaud Lagardère dont «l’équipe de veilleurs au grain» aurait «fait arracher in extremis» cette double page «pourtant fin prête pour l’imprimerie». «C’est une version non validée qu’on nous a volée», rétorque Christophe d’Antonio, rédacteur en chef de «Choc», dans les colonnes du «Le Parisien» daté de vendredi. A 20Minutes.fr, il assure que «sur les 130 pages préparées chaque semaine, 40 sautent en moyenne. Il s’agit d’une décision rédactionnelle et non d’une censure. Sur l’affaire de la lettre, nous avions des pistes mais pas assez solides pour pouvoir raconter toute l’histoire. Point.»
 
L’Elysée a une version beaucoup moins sulfureuse : l’auteur serait en fait une auteure, comme l’a indiqué David Martinon dans le Parisien. Il s’agirait d’Isabelle Balkany, vice-présidente UMP du conseil général des Hauts-de-Seine et proche du couple présidentiel, qui écrivait à Cécilia Sarkozy. Interrogée par le quotidien, Isabelle Balkany confie dans le «Parisien» avoir été «morte de rire de voir l’émoi que cette lettre a provoqué dans le microcosme». L’élue s’est toutefois dite choquée sur les ondes de RTL par «cette espèce d'intrusion de certains médias dans ce qui relève de la vie privée. C'est une lettre manuscrite personnelle. Aller la zoomer, puis fantasmer sur des propos sur lesquels on a rien à dire, c'est quelque chose qui peut interpeller.»
 
Mon anniversaire

  «Au retour des vacances, je lui avais ramené un tee-shirt pour elle (Cécilia) et un pour Louis, mais aussi un pour le Président», poursuit-elle. «Je les avais donc fait déposer avec un petit mot, et c'est ce petit mot qui a été photographié». Quant aux caractères invisibles après «Jeudi on part faire notre virée à Essaouira pour mon...», il s’agissait d’«anniversaire». «J’ai fêté mes 60 ans à Essaouira», confie-t-elle au «Parisien». Isabelle Balkany est née le 20 septembre 1947. Quant aux «millions de besitos» et les «tu me manques» ne seraient qu’une démonstration d’amitié envers l’épouse du chef de l’Etat.

Rédigé par Carospears

Publié dans #News- Actu

Commenter cet article