SCOOP - l'univers impitoyable des paparazzis

Publié le 14 Septembre 2007

9782081201019.jpg"Scoop" plonge les lecteurs dans l'univers impitoyable des paparazzis, les bêtes noires des "people".
Pascal Rostain et Bruno Mouron, deux photographes, ont l'habitude des gros titres de la presse française et internationale. A leur actif : François Mitterrand et Mazarine, Cecilia Sarkozy et son amant à New-York, Nicole Coste, la mère de l'enfant du prince Albert, et bien d'autres scoops. Le duo infernal explique, grâce à des révélations et des anecdotes, cette quête mouvementée du sensationnel.

Peu de proies ont échappé aux photographes Bruno Mouron et Pascal Rostain, qui livrent leur tableau de chasse dans Scoop. Le couple présidentiel y figure en bonne place.

 

Extraits.

Comment fut prise la photo de Cécilia Sarkozy et de Richard Attias

"Au mois de juillet 2005, un de nos contacts nous appelle de New York.

- Cécilia! Elle vous intéresse encore?

- Dis toujours!

- Elle s'installe ici avec son boyfriend, Richard Attias. Vous voulez leur adresse? C'est dans l'Upper East Side, le quartier chic et cher de la Grosse Pomme.

- Je connais! Attends que je prenne un stylo.
[...]
Richard Attias s'engouffre dans l'immeuble et je me faufile dans le parking payant le plus proche, donne un petit billet au gardien mexicain pour qu'il me laisse la meilleure place près de la sortie et commence à faire le guet. Trois heures plus tard, Attias me file sous le nez: il sort par l'arrière du bâtiment dans une limousine noire conduite par un chauffeur. C'est fichu pour moi. J'appelle Bruno pour le prévenir et je rentre. Une demi-heure plus tard, alors que nous sommes tous les deux assis dans le 4 x 4, devant l'immeuble, la limousine arrive. Attias en sort, rentre chez lui, mais le chauffeur se gare et ne bouge pas.

- Faut faire gaffe, il va sans doute redescendre. Peut-être avec elle.

Les Nikon sont prêts à déclencher lorsque Cécilia apparaît la première. Elle s'arrête sous le porche de l'immeuble, une feuille de papier à la main. Elle attend en regardant la circulation. Puis Richard sort et se place juste à côté d'elle. Tous les deux se penchent alors sur le papier de Cécilia. Ils sont dans le cadre. Clic-clac, c'est dans la boîte. Nous découvrirons plus tard, en agrandissant l'image à l'extrême, qu'ils consultent un plan d'appartement.
[...]
La fin du mois d'août approche lorsque VSD annonce son intention de publier l'histoire de la romance. Juste en texte, sans aucune image. A Match, concurrence oblige, c'est l'alerte rouge. La rédaction en chef nous appelle et décide de monter le sujet photo dans l'urgence, alors que le magazine est bouclé depuis la veille. Et voilà comment, le 25 août, la France en vacances découvre, en couverture de l'hebdomadaire, le duo, blotti sous le porche d'un immeuble de New York.

Comment furent photographiés Nicolas Sarkozy et sa nouvelle compagne

Un après-midi, l'un de nos vieux amis nous téléphone, très excité. C'est moi, Bruno, qui décroche.

- Les mecs, j'ai un super coup pour vous! Je n'en reviens pas. Ça s'est passé à 2 mètres de moi! Dommage que vous n'ayez pas été là! Merde!

- T'énerve pas! Raconte-moi! Qu'est-ce qui se passe?

- C'est Sarko! Je l'ai vu avec une femme! Et en plus je la connais!

- Sarkozy avec une femme?

- Enfin, une femme. Tiens-toi bien, c'est une journaliste. Il l'embrassait sur la bouche! Devant tout le monde!

- Où ça, dans la rue?

- Non, chez Darty!

- Sarko chez Darty qui embrassait une fille au rayon machines à laver! D'accord, qu'est-ce que tu as fumé?

- Je te jure que c'est vrai!

- Alors sois cool, et raconte depuis le début.

- Bon, je suis allé cet après-midi chez Darty à la Madeleine pour faire une course. Dans une allée, je tombe sur Sarkozy avec une jeune femme. Ils se tiennent par le bras. Ils regardent des frigos. Je n'en crois pas mes yeux. Il s'est penché vers elle et l'a embrassée. J'ai tout vu!

- Qu'est-ce qu'ils ont acheté?

- Je n'en sais rien, mais je sais pour combien il en a eu. Je les ai suivis jusqu'à la caisse. Il a payé 16 000 euros. Elle s'appelle...

Le gars est un vieux copain, d'une fiabilité absolue; les farces, ce n'est pas son genre. Je commence à avoir des doutes. D'autant qu'il y a quelque temps des bruits avaient couru d'une liaison du ministre avec une journaliste.

- Je te jure que je te dis la vérité! Tu n'as qu'à aller vérifier!

- C'est ce qu'on va faire. Merci du tuyau.

Avec ce renseignement en or, nous fonçons chez Darty à Montparnasse, au service après-vente, où j'ai un contact. Grâce à un petit billet glissé adroitement, et par la magie de l'informatique qui connecte entre eux tous les magasins, nous pouvons jeter un coup d'oeil sur le dossier «client» de la journaliste. Mon copain n'a pas raconté d'histoires: la liste des achats est bien là, ainsi que la somme indiquée. Nous n'avons plus qu'à recopier tranquillement l'adresse de livraison, dans le XVIe arrondissement de Paris. D'après nos informations, l'appartement n'est pas immense. Mais il est, pour nous, idéalement situé juste en face d'un hôtel. Nous n'avons plus qu'à y louer une chambre afin de disposer d'un poste d'observation impeccable. Nous pouvons ainsi suivre les allées et venues. Car, si nous avons confirmation pour la journaliste, tout reste à faire pour Sarkozy. Nicolas qui part le matin, Nicolas qui rentre le soir? Le dimanche matin, ils font leur marché, bras dessus, bras dessous, avant de revenir avec les paniers chargés de fruits et de légumes? Nous prenons plusieurs séries de photos glamour, que nous proposons aussitôt à Match. [...]
Nos informateurs nous signalent tous les déplacements de Nicolas Sarkozy et de sa nouvelle amie. Un jour ils sont chez Diep, rue Pierre-Charron. Un jour ils déjeunent chez Tong Yen, rue Jean-Mermoz. Pour faire les quelques mètres qui séparent la place Beauvau du restaurant, ils utilisent le cortège habituel qu'affectionne le ministre, avec ses trois voitures d'escorte, toutes sirènes hurlantes, les motos banalisées et les rues barrées. Nous n'avons plus qu'à nous poster en face et à immortaliser la sortie du duo en compagnie de Martin Bouygues. Nous les surprenons aussi à leur retour d'un week-end à Venise. Bref, nous complétons l'album de famille. Même si personne n'est preneur aujourd'hui, on ne sait ce que nous réserve l'avenir. Nous aurons fait modestement notre travail, pour la petite histoire. Dont on sait qu'elle se confond souvent avec l'Histoire tout court. Gageons que nous n'en avons pas terminé avec la saga Sarkozy.


Scoop. Révélations sur les secrets d'actualité

Bruno Mouron, Pascal Rostain
éd. FLAMMARION
303 pages, 19,90 €


Rédigé par Carospears

Publié dans #Web-Médias

Commenter cet article